Saison 2021–2022

Visuel Saison
Mot de saison

Multiples
et fuyantes

Directeur artistique

Olivier Kemeid

210526 Quat Sous Olivier 3316 final

Les identités sont-elles meurtrières ? C’est ce que posait comme question l’écrivain Amin Maalouf dans son célèbre essai1 sur les racines de l’identité, ou plutôt les branches, les bourgeons et les fleurs : Maalouf préférait de loin parler d’excroissances, qui sont en continuelle mouvance, plutôt que de racines, qui empêchent de bouger. Pour autant, l’arbre a bien besoin de s’ancrer dans les profondeurs du sol avant de s’élancer vers les étoiles…

Sommes-nous si au fait de notre identité ? Pour le dire autrement : est-ce si clair de savoir qui je suis ? Est-ce si sûr ? Qu’est-ce que ça implique, quand on dit Québécoise ? Femme ? Autochtone ? Issue de la diversité ? A‑t-on tout dit, ou… encore rien dit ?

La stratégie de la fuite, si chère à Ulysse — en voilà un qui ne savait pas qui il était, ou ce que Grec signifiait — me semble être cruciale pour les artistes. Moi qui suis femme, vous m’attendiez à ce tournant, eh bien non ! C’est ici que je vais. Moi qui ne suis pas né ici, vous vous attendiez à ce que je parle de cela, eh bien ce sera plutôt le contraire ! Je fuis toute étiquette, tout profil racial, toute case à cocher. Cela n’empêche nullement, bien au contraire, des revendications, des accumulations d’identité : pourquoi le verre serait-il à moitié vide ? Femmes, cis, lesbiennes, trans, Grecques, Québécoises, sœurs, amies, humaines, voisines, tout cela à la fois et plus encore ! Et merde aux retranchements, aux restrictions, aux choix exclusifs ! The world is a stage : s’il existe un lieu qui se doit de refuser toute excommunication, c’est bien la scène de théâtre.

Les deux productions du Quat’Sous de l’hiver 2022 présentent des personnages féminins aux constructions identitaires riches, multiples et fuyantes. Ainsi Sappho, de Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, raconte l’entrecroisement de la première écrivaine dont des fragments nous sont parvenus et des femmes d’aujourd’hui, en réfléchissant à la philia, cette mince frontière entre l’amitié et l’amour. Inspiré par l’amitié de longue date qui lie l’autrice Fanny Britt à la metteure en scène Alexia Bürger, Toutes choses s’intéresse également à l’amitié féminine, plus particulièrement à cette intimité qui se développe en dehors de la famille ou du couple. Enfin, notre compagnie résidente, le Théâtre PÀP, offre avec L’Art de vivre de Liliane Gougeon Moisan des personnages qui, façonnés par leur époque, sont emportés dans un tourbillon qui les forcera — peut-être ! — à se redéfinir…

Nous ne sommes pas celles et ceux que nous croyons être, et encore moins celles et ceux que vous aimeriez qu’on soit.

Bon hiver,
Olivier Kemeid
Directeur artistique
Théâtre de Quat’Sous

1. Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

Photo: Oumayma B. Tanfous

Spectacles à venir

Spectacles passés

Infolettre